Voir le profil

OrgTech-Fr #5 - Commons Stack: automatiser Ostrom

Après une longue interruption, nous voici de retour ! Tant de choses se sont passées dans le monde de
OrgTech-Fr #5 - Commons Stack: automatiser Ostrom
Par OrgTech-Fr • Numéro #5 • Consulter en ligne
Après une longue interruption, nous voici de retour ! Tant de choses se sont passées dans le monde de l'orgtech et des DAOs depuis le début de l'année, qu'il serait vain (et surtout barbant toi, lecteur) d'essayer d'en faire la liste complète en une seule édition !
Aussi, cette nouvelle édition proposera des news en moins grand nombre, rassemblées en mini-articles thématiques. Tous font écho à la Une du blog OrgTech.fr, un article de Jeff Emmett, co-fondateur de Commons Stack, à propos de la convergence entre DAOs et communs.

🔍 La Une: Commons Stack, automatiser Ostrom
J'ai souligné ailleurs l'intérêt des DAOs pour coordonner les activités de multiples parties prenantes au sein d'écosystèmes. Le O de DAO se réfère aux organisations, et on imagine souvent que les DAOs sont une façon d'automatiser ou d'optimiser le fonctionnement d'entreprises ou d'autres organisations de ce type (associations, fondations, administrations, etc).
En réalité, le véritable potentiel des DAOs se trouve davantage dans leur utilisation au service de collectifs ou de fédérations dont les membres ne sont pas subordonnés les uns aux autres. Pas de hiérarchie formelle comme dans une entreprise. Mais un besoin de régulation et de coordination ne reposant pas uniquement sur des mécanismes de marchés.
Elinor Ostrom, la grande penseuse des communs et prix Nobel d'économie, a précisément introduit les grands principes permettant à de tels groupes de prospérer. Jeff Emmett, co-fondateur du projet The Commons Stack, présente des outils basés sur les technologies blockchain et visant à automatiser l'application de ces principes, afin de faciliter le déploiement de communs cyber-physiques à grande échelle.
🐙 La vie des DAOs
On se demande souvent si les DAOs sont comme les dahus, des créatures somme toute mythiques, dont on parle beaucoup et qu'on ne voit jamais… D'où cette nouvelle rubrique, dont le but est de faire connaitre des DAOs réelles ! Il y en a, et de plus en plus.
Apiary
Pas une DAO à proprement parler, mais tout un catalogue. Apiary est une application recensant toutes les DAOs Aragon, en exploitant directement les données stockées sur Ethereum, dont le montant des actifs crypto sous le contrôle de chaque DAO et le nombre de transactions. L'une des DAOs est 1Hive, un groupe ouvert de développeurs et de designers qui a justement développé Apiary, entre autres réalisations sur Aragon.
Apiary vient de s'enrichir de fonctionnalités permettant d'associer une DAO à des comptes
Trois DAOs qui croissent…
En tant que construction à la fois sociale et technique, les DAOs peuvent et doivent évoluer au fil du temps. Cette dimension évolutive n'a pas toujours été prise en compte, notamment parce qu'il a été longtemps très difficile de mettre à jour le système technique lui-même (rappelons-nous la difficulté d'arrêter le hack de The DAO en 2016).
Pourtant, les conditions permettant la décentralisation d'un système varient en fonction de sa maturité. Il est souvent préférable de démarrer un projet en le protégeant des perturbations extérieures et en confiant le contrôle de paramètres clés à une petite équipe. Une fois que le projet a grandi et qu'un réseau s'est constitué, la décentralisation peut s'opérer avec moins de risques.
Dans l'article de Jeff sur Commons Stack, il est fait référence au Trusted Seed, une façon d'associer une mini-communauté restreinte dont on s'assure qu'elle partage les valeurs essentielles au projet. Dans l'édition #1 de cette newsletter, nous avions évoqué Melon Protocol, qui a dissous la société en charge de la réalisation du protocole une fois que celui-ci a été mis en production, le contrôle de l'évolution du protocole étant transféré à l'écosystème par le truchement d'une DAO Aragon.
Aujourd'hui, voici trois organisations confirmant cette tendance à la décentralisation progressive :
  • Bancor modifie sa gouvernance en conférant de nouveaux droits aux détenteurs de son token BNT, en particulier celui de voter sur le taux d'inflation du BNT ainsi que sur le financement de développeurs s'appuyant sur Bancor pour créer de nouveaux services,
  • NecDAO, la DAO de l'exchange Deversifi, a été lancée en décembre dernier en réunissant 95 membres (via le verrouillage de tokens, un airdrop, et des enchères). Le composant technique permettant la mise à jour du smart contract du Nectar, le token de Deversifi, est désormais sous le contrôle de NecDAO, seule instance de décision concernant les fonctionnalités du tokens et sa politique monétaire,
  • MakerDAO, la DAO du stablecoin DAI, a souvent été critiquée en raison de la concentration des droits de vote — représentés par des tokens MKR — dans les mains de la Maker Foundation et de certains investisseurs. Le smart contract du MKR était lui-même sous le contrôle de la fondation. Il est désormais sous celui de la DAO. Un dispositif d'élection et de rémunération de contributeurs sous le contrôle de la DAO sera mis en place prochainement, ainsi qu'un système formel de propositions pour l'évolution du protocole.
Tous ces exemples appuient la thèse de la décentralisation graduelle, consistant à matérialiser l'influence des parties prenantes via des tokens de gouvernance et à faire passer progressivement sous leur contrôle des prérogatives aussi diverses que l'évolution de l'infrastructure technique, la politique monétaire, ou la sélection et la rémunération des contributeurs.
…et une qui diminue !
Les DAOs évoluent donc, à l'instar de tout organisme vivant. Le système technique permet d'accroitre la décentralisation ou l'autonomie de l'organisation en plusieurs étapes. Il permet aussi d'en hâter la fin. C'est ce qui s'est produit avec DigixDAO, l'instrument de pilotage du projet Digix sous le contrôle des détenteurs de tokens DGD.
Rappelons que Digix était l'un des premiers projets visant à représenter sous la forme d'un token, le DGX, un actif du monde physique, en l'occurence du métal or. Les tokens DGD, distribués notamment aux souscripteurs de l'ICO de Digix, leur donnaient un droit de vote sur les propositions visant développer la plateforme et créer de la demande pour le DGX. Ils leur donnaient également un droit sur les frais de transaction sur la plateforme.
Les détenteurs de DGD ont donc voté la fin du projet et la dissolution de la DAO, à la suite d'un arbitrage entre la valeur actuelle et potentielle du DGD, et son sous-jacent, la trésorerie en ETH (ou Ethers, la monnaie native de la blockchain Ethereum) constituée lors de l'une des toutes premières ICO, en 2016. La valeur de l'ETH a plus que décuplé depuis, alors que la valeur du DGD a stagné. En l'absence de perspective de croissance pour la plateforme, au vu de la stagnation du cours du DGD et des frais de transaction négligeables, alors que 80% des ETH était toujours dans la trésorerie de DigixDAO, les détenteurs de DGD ont voté la dissolution de la DAO et la distribution de la trésorerie en échange de leurs tokens.
Il s'agit finalement d'un arbitrage financier classique, mais qui a abouti à une décision collective de fermeture du projet, au lieu de se réduire à des arbitrages individuels de rédemptions des tokens (cette opération n'était pas prévue à l'origine du projet). On peut voir appréhender cet épisode comme une sorte de défaite morale, un découragement et une perte de confiance du collectif dans sa capacité à créer de la valeur, alors même que les ressources financières ne manquaient pas.
Les détenteurs de tokens DGD étaient fondamentalement des investisseurs, plutôt que les participants actifs d'une aventure collective. Leur attitude évoque celle des actionnaires activistes qui cherchent à maximiser le profit au détriment des considérations de développement à long terme d'une entreprise, parfois même en la liquidant définitivement. Les intérêts de ceux qu'on a ainsi souvent taxés de prédateurs d'entreprise étaient directement en conflit avec ceux d'autres parties prenantes, en particulier les employées des sociétés concernées.
Dans le cas d'une DAO comme DigixDAO, cette distinction tend à s'estomper. Il n'y a pas d'employés, et ceux qui oeuvrent pour le projet sont très certainement détenteurs de DGD également. La DAO, les droits de vote, l'invitation à proposer des contributions rémunérées pour développer le projet, tout cet appareillage décentralisé pour susciter le dynamisme du projet n'a pas été suffisant pour créer un ethos fédérateur, un esprit commun mobilisateur, au-delà de l'attente de profits.
Par contraste, cet échec relatif met en valeur les initiatives de DAOs qui se concentrent d'abord sur la constitution d'une communauté d'intention, comme le Trusted Seed de Commons Stack, ou la communauté de MetaCartel.
🗳 Décisions collectives
1Hive a publié sur le réseau de test Rinkeby son application de Conviction Voting pour les DAOs Aragon. Le Conviction Voting est également l'un des modules que Commons Stack compte également proposer. Ce nouveau mode de vote, sur lequel je reviendrai prochainement, a pour but d'exprimer des préférences collectives exprimées dans la durée, plutôt que collectées dans le bref laps de temps d'une élection.
Gitcoin poursuit ses expérimentations de financement participatif de biens communs basées sur le vote quadratique. La prochaine campagne de financement aura lieu 15 juin prochain. Dans le monde crypto, le système démocratique “une personne, une voix” est rarement utilisé, notamment parce que les “personnes” ne sont pas toujours connues. A la place, les participants à la gouvernance expriment leur préférence en mettant en jeu ou en dépensant leurs tokens, ce qui avantage les personnes les plus riches. Les systèmes de vote ou de financement quadratique ont pour but de réintroduire plus d'égalité au sein du système, en sur-pondérant les options choisies par un grand nombre de votants .
Une autre façon de compenser la tendance à la ploutocratie dans les DAOs est d'introduire un système de réputation (ou influence) basé sur les contributions des participants, y compris et surtout les contributions non-monétaires. Le projet SourceCred s'y attache, et AraCred en est une implémentation pour les DAOs Aragon. AraCred intègre l'allocation de réputation réalisée par le protocole SourceCred afin d'émettre continuellement des tokens au sein d'un organisation Aragon. Ces tokens peuvent ensuite être utilisés pour pondérer les votes.
Reddit a justement lancé une initiative similaire appelée “Community Points” qui représente un pas dans la direction de groupes Reddits autogérés. L'initiative sera testée avec les subreddits Cryptocurrency et Fornite.
💰Financement
La plateforme de financement Fairmint est désormais opérationnelle et permet d'investir dans un premier projet : Fairmint ! Le projet de Thibauld Favre, créateur du concept de Continuous Organizations, sort délibérément du monde clos de la crypto pour s'adresser à toute entreprise en recherche de financement. Fairmint s'appuie bien sur la technologie blockchain (Ethereum en l'occurrence), sans exiger de l'investisseur une connaissance quelconque de la crypto ni qu'il achète de l'Ether pour payer ses transactions.
A l'arrière-plan des Continuous Securities Offerings, le nouveau mécanisme financier proposé par Fairmint, il y a les fameuses “bonding curves”. Commons Stack en a défini une variante destinée à faciliter le financement des communs, comme l'article de Jeff le mentionne. Nous devons également citer le lancement en Mai du financement participatif de dxDAO basé sur Openraise, une autre implémentation de bonding curve créée par dOrg. A l'heure où j'écris, dxDAO a levé près de 25,000 ETH via OpenRaise, soit plus de 4 millions d'Euros.
L'utilisation des bonding curves en tant que moyen de financement est en plein développement. Nous y reviendrons prochainement.
🧠 Recherche et Réflexions
Commons Stack et le Metagovernance Project ont initié un dialogue visant à dégager une approche multi-dimensionnelle des DAOs. Cette approche est présentée par Joshua Tan, doctorant membre de Metagovernance, dans un article proposant d'envisager les DAOs comme une nouvelle forme d'institution sociale composée de quatre éléments : Institution, Organisation, Constitution, et Constitution programmable.
La double dimension sociale et technique des DAOs s'est imposée à tous dès la première expérimentation de The DAO, qui a déchiré la communauté Ethereum et déclenché un hard fork de sa blockchain. De nombreuses analyses ont souligné depuis la nécessité d'appréhender blockchains et DAOs comme des institutions sociales autant que des technologies, par exemple sous l'angle de l'idéal trustless, de la gouvernance, de la monnaie en tant qu'institution sociale, ou de la propriété des DAOs. L'intérêt particulier de l'approche institutionnaliste présentée ici est d'introduire une ontologie pertinente pour les DAOs, permettant de distinguer différents éléments ou niveaux d'analyse, les relations qu'ils entretiennent entre eux, et de cartographier les projets en fonction de ces distinctions.
🤝 Nouvelles de nos amis
  • Soutenez la transition démocratique et l'avènement d'une véritable démocratie participative, en contribuant à la campagne de financement de Démocratie Ouverte
  • Découvrez Albert’s newsletter, une nouvelle lettre d'information qui touche à la crypto sous l'angle de la société et des institutions - en anglais, mais fait par un français 🇫🇷🤩
  • Lisez OrgTech en anglais qui se dote aussi d'un blog, sous le nom de DAObase, et qui reprend également le forum DAOhub, créé initialement pour la communauté de The DAO
  • Informez-vous sur le fascinant projet MetaGame qui stabilise son nouveau système de reconnaissance des contributions, dont la description est proposée ici
  • Participez à la BetaColony de Colony, qui a effectué la première distribution de DAI à destination des détenteurs de réputation de cette DAO
Pour finir
🙏 Merci à Jeff Emmett, Kris Decoodt et Jack Laing pour leurs contributions. N'hésitez pas à partager vos news par email ou via twitter.
Cette newsletter a été écrite par PhilH. Si vous avez apprécié cette édition, merci de la partager sur vos réseaux !! ❤️
Avez-vous aimé ce numéro ?
OrgTech-Fr

OrgTech-Fr Review vous apporte les nouvelles et les analyses du monde de l’OrgTech, l’univers des DAOs et des technologies de l’information au service de la réinvention des organisations.

OrgTech-Fr Review est la version en français de OrgTech Review. Les contenus diffèrent, mais leur rédaction est coordonnée. OrgTech Review s’est imposée en quelques mois comme la source de référence concernant la recherche et les expérimentations en “Organizational Technology” (OrgTech).

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue
OrgTech-Fr Review - 10 rue de Penthièvre, 75008 Paris